This page uses content from Wikipedia and is licensed under CC BY-SA.

CarSud (Nouvelle-Calédonie) — Wikipédia

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CarSud.

CarSud
logo de CarSud (Nouvelle-Calédonie)

Création 2003
Slogan Le transport en mouvement
Siège social Nouméa
Drapeau de Nouvelle-Calédonie Nouvelle-Calédonie
Direction Hervé Stenfort (directeur)
Actionnaires PromoSud, Veolia
Activité Transport en commun
Société mère Veolia Transport
Effectif 32 Irisbus Crossway
Site web [www.carsud.nc]

Carsud est la compagnie de bus interurbains du Grand Nouméa (Nouméa, Dumbéa, Mont-Dore et Païta) en Nouvelle-Calédonie. Il s'agit d'une filiale de Promosud, la société de développement et d'investissement de la Province Sud, et de Veolia Transport.
L'autorité organisatrice pour la gestion et l'entretien des arrêts et de la tarification a été transférée le de la Province Sud (qui reste propriétaire des terrains et bâtiments de la gare routière de Montravel et du site de dépôt de Normandie) au nouveau Syndicat Mixte des Transports Urbains (SMTU) du Grand Nouméa (également chargé des transports scolaires et des transports publics communaux, dont Karuïa Bus).

Réseau

Le réseau CarSud est actuellement constitué de 19 lignes (5 principales, 8 secondaires, 4 express, 1 navette & 1 sur demande) desservant 3 zones géographiques :

  • Zone A : Nouméa et les zones urbaines de Koutio, Dumbéa-sur-Mer, Auteuil et Tonghoué à Dumbéa et de Yahoué au Mont-Dore,
  • Zone B (nord/nord-ouest): Dumbéa (hors quartiers zone A), Païta, La Tontouta
  • Zone C (est/sud-est): Mont-Dore (hors Yahoué)

Lignes principales

Elles sont au nombre de cinq, la plupart liant Nouméa aux autres communes du Grand Nouméa. Elles sont déterminées par une lettre.

Ligne Caractéristiques
A Dumbéa - Mairie Annexe ↔ Nouméa - Desmazures
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Yahoué
Desserte : Dumbéa (Koutio), Nouméa (Montravel, Centre-Ville)
Autre :
B Païta - Lycée Jean XXIII ↔ Nouméa - Desmazures
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Yahoué
Desserte : Païta (Village), Dumbéa (Katiramona, Parc Fayard, Mairie, Tonghoué, Koutio), Nouméa (Montravel, Centre-Ville)
Autre :
C Païta - Tontouta Aéroport ↔ Nouméa - Desmazures
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Yahoué
Desserte : Païta (Tontouta, Tamoa, Cole de la Pirogue, Port Laguerre, Beauvallon, Village, Gadji), Dumbéa (Koutio), Nouméa (Montravel, Centre-Ville)
Autre :
D Mont-Dore - Béatitudes ↔ Nouméa - Desmazures
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Yahoué
Desserte : Mont-Dore (Plum, Sud, Vallon Dore, La Coulée, St Louis, St Michel, Boulari, La Conception), Dumbéa (Koutio), Nouméa (Montravel, Centre-Ville)
Autre :
E Mont-Dore - Les Fougères ↔ Dumbéa - Médipôle
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Yahoué
Desserte : Mont-Dore (Yahoué), Dumbéa (Koutio, Dumbéa-sur-Mer)
Autre :

Lignes secondaires

Ces lignes, généralement internes aux communes du Grand Nouméa, prolongent dans des zones moins urbanisées, plus éloignées des axes principaux, les lignes principales.

Elles sont classées par une lettre (correspondant à celle de la ligne principale la plus proche) et un chiffre.

Ligne Caractéristiques
B1 Dumbéa - Haute-Couvelée ↔ Nouméa - Desmazures
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :
B2 Dumbéa - Mairie ↔ Dumbéa - Val Suzon
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :
C1 Païta - Tiaré ↔ Dumbéa - Centre Urbain
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :
C2 Païta - Savannah ↔ Païta - Cosinus
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :
C3 Païta - Naniouni ↔ Païta - Païta Centre
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :
D1 Mont-Dore - Latérites ↔ Mont-Dore - Mouirange
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :
D2 Nouméa - Normandie ↔ Mont-Dore - Saint Louis
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :
D3 Mont-Dore - Boulari ↔ Nouméa - Desmazures
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :

Lignes Express

Ces lignes relient Nouméa aux communes les plus éloignées de façon plus rapide en desservant peu ou pas d’arrêts sur une ou plusieurs parties du parcours.

Ligne Caractéristiques
R
Païta
Païta - Païta Centre ↔ Nouméa - Desmazures
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :
R
Tontouta
Païta - Tontouta Aéroport ↔ Nouméa - Desmazures
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :
S
La Coulée
Mont-Dore - La Coulée ↔ Nouméa - Desmazures
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :
S
Plum
Mont-Dore - Béatitudes ↔ Nouméa - Desmazures
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :

Lignes spéciales

Ligne Caractéristiques
LINK Dumbéa - Médipôle ↔ Nouméa - Desmazures
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre :
MOBICAR Païta - Tamoa ↔ Païta - Païta Centre / Païta - Tontouta Aéroport
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
Matériel
Jours de fonctionnement
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
— / — / — / —
Voy. / an
Dépôt
Desserte :
Autre : Ligne sur demande par réservation téléphonique

Matériel

Dépôt

Le dépôt se situe dans le Parc d'Activité de Yahoué du quartier de Normandie à Nouméa.

Parc

En 2009, CarSud a bénéficié d'un renouvellement total de son parc par la Province Sud[1] à la suite des nombreux incidents survenus sur les anciens bus MAN (pannes mécaniques & incendies), si bien qu'au final seuls vingt véhicules sur les trente-deux de l'ancienne flotte continuaient à assurer le transport. Par la même occasion, la Province Sud, via sa société de développement et d'investissement PromoSud, est devenue actionnaire majoritaire en rachetant 70 % des actions de la société à Veolia Transport qui conserve toutefois la direction opérationnelle de l'entreprise[2].

Le parc, qui a coûté, après double défiscalisation, 648 millions de francs CFP (5,43 millions d'euros environ), et a officiellement été présenté à la presse et au public le , est désormais le suivant :

  • 9 Irisbus Crossway de 10,69 m, d'une capacité de 79 passagers (49 assis et 24 debout), pour desservir tout particulièrement les routes les plus difficilement accessibles pour les gros engins des communes de Dumbéa et du Mont-Dore.
  • 23 Irisbus Crossway de 12,8 m, d'une capacité de 91 passagers (61 assis et 30 debout).
  • 9 bus rénovés de l'ancien parc, conservés pour soutenir le réseau en cas de surcharge.

Tarification

Le jour de la présentation de la nouvelle flotte pour la compagnie, le président de la Province Sud de l'époque Philippe Gomès a officiellement annoncé une révision tarifaire. L'accès gratuit est accordé aux enfants de moins de 11 ans (contre moins de 4 ans auparavant, tandis qu'il existait un Ticket enfant pour les 4-11 ans accompagnés d'un adulte qui était à moitié prix du Ticket 1 voyage), aux personnes âgées de 60 ans et plus et aux titulaires d'une carte d'invalidité permanente. Le Pass Mensuel jeunesse 3 Zones pour les passagers âgées de 11 à 26 ans a également été créé à cette occasion, coûtant 3 000 F CFP (25,14 ) contre 8 900 F CFP (74,59 ) normalement[3].

Le tarif unitaire normal, à 200 F CFP (1,68 ), égal à celui pratiqué par Karuïa Bus jusqu'en 2010, était légèrement supérieur au tarif maximum pratiqué dans une agglomération de plus de 100 000 habitants en métropole, à savoir 1,6 , en 2008. Toutefois, et cela contrairement à son homologue intraurbain de Nouméa, CarSud propose une gamme relativement importante d'offres forfaitaires[4].

Format de la tarification Tarif par voyage
1 Zone 2 Zones 3 Zones
Ticket 1 voyage 200 F (1,68 ) 280 F (2,35 ) 400 F (3,36 )
Multi-Pass
2 100 F (17,60 )
160 F (1,35 ) 230 F (1,93 ) 320 F (2,69 )
Pass semaine
1 Zone - 1 500 F (12,57 ) 125 F (1,05 ) max. 175 F (1,47 ) max. 250 F (2,10 ) max.
2 Zones - 2 100 F (17,60 )
3 Zones - 3 000 F (25,14 )
Pass mensuel
1 Zone - 4 500 F (37,71 ) 90 F (0,76 ) max. 118 F (0,99 ) max. 178 F (1,49 ) max.
2 Zones - 5 900 F (49,45 )
3 Zones - 8 900 F (74,59 )
Pass mensuel jeune 3 Zones
3 000 F (25,14 )
6 000 F (50,28 ) max.

Critiques et difficultés

Outre son prix unitaire plus élevé qu'en métropole, CarSud a pendant longtemps été pointé du doigt pour son manque de fiabilité concernant le respect des horaires. Ne disposant pas de couloir de bus réservé ni de la priorité, les véhicules de CarSud circulent de plus essentiellement sur les grandes artères pénétrantes drainant les mouvements pendulaires du Grand Nouméa et congestionnées aux heures de pointe (la Voie de dégagement ou la RP 1 essentiellement). Ainsi, selon un rapport réalisé sur « L’habitat et le développement urbain dans le Grand Nouméa » par l'agence nouméenne de l'IEOM, le réseau présentait pour l'année 2007 23 % d'autocars dépassant les 6 minutes au-delà de l'horaire pour les périodes à trafic normal, ce chiffre montant à 38 % en heures de pointe. De plus, ses services finissent tôt, vers 19 heures, et sont largement réduits les week-ends, tombant jusqu'à 21 % le dimanche[4]. À la suite du renouvellement du parc de véhicule en 2009, le directeur de la compagnie Thierry Mayolle déclare estimer pouvoir désormais réduire les fréquences de passage à « 15, 20 et 30 min au lieu des 30, 45, voire 60 min de ces derniers mois »[2]. Et l'existence de deux réseaux distincts dans le Grand Nouméa, l'un pour la ville et l'autre pour l'agglomération, dépendant de deux institutions différentes (la municipalité et la Province Sud), soulève régulièrement la question d'une unification dans un but de simplification et surtout pour éviter aux usagers de devoir payer coup sur coup deux titres de transport lorsqu'ils passent d'une compagnie à l'autre[5]. C'est d'ailleurs le but recherché par le Syndicat mixte des transports urbains (SMTU) du Grand Nouméa, créé le pour prendre en main les compétences en matière de transport public des quatre communes de l'agglomération et de la Province Sud sur ce territoire. Il s'agit là d'un des projets du schéma de cohérence de l'agglomération nouméenne (SCAN) couplé à un plan de déplacement de l’agglomération nouméenne (PDAN), adoptés le [6].

L'entreprise a de plus été agitée, entre 2006 et 2009, par plusieurs conflits sociaux animés par le syndicat USTKE, connu localement pour ses méthodes « musclées », qui l'ont fortement déstabilisé. La première grève débute en janvier 2006, l'organisation refusant le licenciement de cinq salariés, dont un représentant syndical, auxquels la direction reproche d’avoir volé une partie du fond de caisse de leurs autocars. Le syndicat dénonce une « chasse aux sorcières » et mettent les problèmes de sur le compte d'une « mauvaise organisation ». Un accord est finalement trouvé en décembre suivant, après près d'un an d'arrêts de travail ou d'opérations escargot, prévoyant une année de « pause », avec la mise en place de mesures d’accompagnement pour plusieurs chauffeurs licenciés, censés chercher du travail ailleurs. Pourtant, en novembre 2007, le délégué syndical qui avait été exclu continue à nier tout vol et réclame sa réintégration que prévoyait, selon l’USTKE, le protocole d'accord, et cela malgré la proposition de lui céder un bus gratuitement en compensation de son limogeage. La direction refusant de céder, la grève reprend, la tension montant rapidement dès le mois suivant, du fait notamment de la politique de fermeté à l'égard des méthodes controversées du syndicat décidée par le nouveau Haut-commissaire, Yves Dassonville. La police évacue un piquet de grève qui avait été installé au dépôt de Normandie en décembre 2007 et des gendarmes sont installés pour garder le site. La confrontation culmine dans la nuit du 16 au , des centaines de sympathisants USTKE s’installent dans le dépôt et en chassent les gendarmes. Les forces de l’ordre reviennent en nombre et des affrontements violents entre militants et CRS vont agiter le quartier pendant 12 heures, des dégradations sur le matériel de CarSud (grillage, portail, caméra de surveillance, bus) pour un montant total de 6,4 millions de F CFP (53 632 ) étant causées par les syndicalistes durant l'assaut[7]. 45 de ces derniers seront finalement arrêtés. En avril suivant, 22 militants sont condamnés à de la prison ferme pour ces événements de janvier : face à la fermeté du tribunal, les accusés dénoncent un « acharnement judiciaire ». Malgré l'arrivée d'un médiateur venu du siège parisien de Veolia Transport en juillet, les négociations restent au point mort et une quinzaine de chauffeurs continuent la grève, pénalisant durablement les usagers du réseau. À ceci s'ajoute l'incendie, alors qu'ils étaient en service avec des passagers pour l'un d'entre eux, de deux autocars le 18 novembre puis le (un rapport d'expertise écarte en mai 2009 la thèse de l'accident et parle d'acte de sabotage)[8]. La compagnie, avec un service limité et de nombreuses pertes matérielles, est alors au bord du dépôt de bilan, Veolia Transport semblant s'orienter de plus en plus vers un retrait du capital de CarSud. C'est finalement l'intervention directe de la Province Sud qui sauve l'entreprise, par le rachat de 70 % des parts du groupe métropolitain (tout en continuant à lui déléguer le transport à CarSud en échange d'importantes subventions : 350 millions de F CFP, ou 2,933 millions d'euros, en 2008) et d'un nouveau parc de véhicule tout en intervenant directement dans les négociations avec la direction de l'USTKE. Ce n'est que le , veille de la présentation de la nouvelle flotte, qu'un accord entre Veolia Transport et le syndicat, sous l'égide de la direction locale du travail, met fin à 18 mois de conflit : tous les salariés licenciés sont réintégrés sauf trois en attendant une enquête de l'inspection du travail, le délégué syndical qui avait refusé de partir fin 2007 quittant finalement bien l'entreprise avec un aménagement[9].

Évolutions futures

En 2019, à la mise en service prévue de la ligne 1 du Néobus (BHNS reliant le Médipôle de Koutio au centre-ville de Nouméa), le SMTU réorganisera l'offre de transport en commun sur le Grand Nouméa autour de cette "ligne armature" en fusionnant les 3 réseaux existants (Karuïa Bus (urbain), CarSud (interurbain) et SCT (scolaire du secondaire)) en un réseau unique[10].

Autres réseaux de transport en commun en Nouvelle-Calédonie

  • Karuïa Bus (réseau urbain de Nouméa)
  • SCT (réseau scolaire du secondaire)
  • RAÏ (réseau interurbain calédonien)

Références