This website does readability filtering of other pages. All styles, scripts, forms and ads are stripped. If you want your website excluded or have other feedback, use this form.

Le rappeur Dizzy Dros : L’autoproduction me permet de préserver ma liberté




    Newsletter Plan du site RSS
    Contact

    Libération




    الكاتب الأول إدريس لشكر في اللقاء التواصلي للكتابة الإقليمية بالفقيه بنصالح  La RSB tout près de sa première étoile africaine S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap Nos zones humides se meurent Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions La CGEM explore les opportunités de coopération avec les partenaires institutionnels du Royaume Face à l’EST, le WAC vise une troisième consécration continentale Un galop d’essai pour se tester avant les examens du Bac




    Accueil  >  Entretien






    Le rappeur Dizzy Dros : L’autoproduction me permet de préserver ma liberté


    Non, le rap n’est pas  un art de la dérision ou de la contestation. C’est une longue marche vers la
    découverte de soi.  Pour
    s’en convaincre, il suffit d’écouter les chansons
    de cet enfant de Casablanca,  âgé de 24 ans, et connu sous le nom
    de Dizzy Dros ...

    Libé : Vous êtes connu sous le nom de Dizzy Dros. D’où vient ce nom ?

    Dizzy Dros : Mon vrai nom est Omar Souhaily. Quant à Dizzy Dros, c’est un pseudo que j’ai adopté, voilà bientôt  dix ans. Au début, je me faisais appeler Dros, tout court. Ce  qui est une abréviation de «Da Rythme Of Street». Traduisez : le rythme de la rue. Mais c’était  juste  pour me marrer avec les copains du quartier. A l’époque, je ne caressais  pas encore  l’idée de devenir rappeur.  Et puis  un jour je me suis mis à écrire des textes. Et c’est à cette époque que j’ai réellement adopté ledit pseudo. Ensuite, il a bien fallu le compléter, ou plutôt l’esthétiser. Et c’est ainsi que c’est devenu Dizzy Dros.

    Vous avez aussi un autre pseudo : «3azzy ». Ce qui veut dire « de couleur noire», dans notre darija marocain.

    Oui, cela faisait partie de notre jargon de quartier.  On découvrait alors la musique entre copains, et on était vraiment fasciné par le rap américain. Le terme « Nigga », qui veut dire   « noir », était largement  répandu, à l’époque, parmi les rappeurs, aux Etats-Unis.  Et c’est ainsi que j’ai opté pour « 3azzy », qui est l’équivalent marocain de «Nigga».  

    Comment êtes-vous venu au rap ?

    J’ai eu un parcours professionnel assez mouvementé, en réalité.  Après avoir décroché un diplôme en maintenance industrielle, j’ai travaillé dans différentes boîtes. Cosumar,       Coca-Cola, entre autres. Mais j’ai fini par me rendre à l’évidence : je n’étais pas fait pour démonter ou réparer, à longueur de journée,  des machines défaillantes.  D’autant plus que je rêvais, à l’époque, de faire carrière dans le monde de l’informatique. Il fallait donc changer de cap. Et en attendant,  je m’étais contenté d’un poste de téléconseiller,  dans un centre d’appels. Avant de me consacrer définitu rap.

     Peut- on vivre du rap au Maroc ?

    Ma réponse est non. Du moins, pour ce qui me concerne.  Je gagne certes de l’argent grâce à mes concerts. Mais cela suffit à peine à couvrir  les charges inhérentes à mes activités d’artiste. Je le dis donc sans ambages. Ce n’est pas le rap qui me fait vivre.  Avant de quitter mon boulot de téléconseiller, je m’étais fait un petit pécule, pour pouvoir subsister durant au moins six mois, durée qui me paraissait alors  nécessaire pour produire mon premier album.  Bien entendu, j’ai mis bien plus que six mois à le produire. Et j’ai dû me débrouiller ça et là pour vivre. 

    Parlons justement de votre album, sorti tout récemment, et intitulé :   « 3azzy 3ando stylo ». Surprenant comme titre, non ?   

    Pour le terme «3azzy», je me suis inspiré du «Nigga» des Américains, comme je viens de le préciser.  Quant au titre dans son intégralité, «3azzy 3ando stylo», comment vous l’expliquer ? Voyons.  Cet album évoque  la vie d’un gars de 24 ans.  Un enfant de Casablanca, qui vit à sa manière.  Qui refuse énergiquement  toute mainmise sur sa liberté.   Et qui a  son propre style, aussi bien dans l’art que dans la vie de tous les jours. C’est pour cela que je parle de « Stylo », c’est-à-dire de son style à lui,  en darija marocain. Mais certains ont cru qu’il s’agit du stylo dans l’acception française de ce terme.  Ce double sens me convient tout à fait, bien qu’il soit le fruit d’un pur hasard.

    Cet album est une autoproduction. Qu’est-ce qui a dicté ce choix ?

    Dans notre pays, il y a peu de labels qui seraient tentés par le rap.  C’est ce qui explique en partie ce choix forcé de l’autoproduction. Non sans avoir fait auparavant  maintes démarches auprès de certains labels prestigieux. Je leur ai présenté mon album. Certains responsables se sont emballés au début. Mais leur enthousiasme  a été assez fugace. Et aucune de leurs promesses n’a été tenue. Mais  il fallait bien essayer. Et puis, cela m’est complètement égal au fond. Je dirais même que l’autoproduction n’est pas dénuée d’intérêt. Elle me permet de préserver ma liberté. De m’exprimer comme je l’entends. Personne ne vient  se mêler de mes textes, ou de ma production artistique. Dieu merci, j’ai rencontré des gens qui étaient  dans la même situation que moi. Et qui partageaient mes points de vue. Aussi bien parmi les instrumentaux, que les techniciens d’enregistrement  ou les autres intervenants.

    Vous avez  déboursé de l’argent pour produire votre album.  Et après, vous l’avez mis gracieusement  à la disposition des internautes, sur Youtube.   Cela parait assez curieux, n’est- ce pas ?

    Ecoutez, un artiste doit s’adresser  au plus large public qui soit.  Et il n’y a pas mieux  qu’Internet pour  assurer une très large diffusion. Je ne suis pas de ceux qui produisent un CD et qui attendent que les autres veuillent bien l’acheter. Non. Il y a des  gens nécessiteux, qui ne peuvent pas se permettre le luxe d’acheter des CD. Il y a aussi ceux qui vivent dans des bourgades éloignées,  où les CD ne sont pas monnaie courante. Ceci dit, il y a plein de gens qui n’ont pas hésité à acheter  mon CD, histoire de me soutenir. Et ce malgré l’accès gratuit sur Internet. A titre d’exemple : la semaine dernière,  lors  de notre «Showcase»,  nous avons  pu écouler 500 CD sur les 1000 que nous avons sortis.

    Vous vous distinguez par votre «Gangsta-attitude», comme on dit dans le jargon des rappeurs. Penchant naturel ou  pure imitation ?

    Il ne s’agit certainement pas de la fameuse «Gangsta-attitude» des rappeurs américains. Avec  ceinturon, flingue et tout ça. Disons plutôt que c’est  une «Gangsta-attitude» bien à moi, à la marocaine, que j’ai progressivement adoptée, en découvrant le rap. Et en subissant l’influence de certains  artistes de gros calibre, comme West Coast, Snoop Dog.  Mais le premier  rappeur à m’avoir véritablement émerveillé, sur ce plan,  c’était Eminem, cet immense artiste qui a marqué le rap moderne de son empreinte.

    Votre unique clip «Casafonia» a connu un beau succès auprès du public. A quand le prochain clip ?

    J’ai effectivement quelques story-boards dans mon tiroir. Je n’en dévoilerai pas le contenu pour le moment.    Mais un clip, ça coûte de l’argent, bien entendu. Et je ne tiens certainement pas à revivre l’expérience de “Casafonia”, pour lequel j’ai dépensé beaucoup d’argent. En pure perte. Espérons donc qu’il y aura  bien un sponsor qui voudrait en assurer la production.

    Quel regard portez-vous sur le rap au Maroc, à l’heure actuelle ? 

    Je suis persuadé que les événements dramatiques de Casablanca, en 2003, ont conduit peu à peu à un nouveau climat politique  et social dans notre pays. Les jeunes se sont mis à la recherche d’autres moyens d’expression. Et c’est dans ce cadre que le rap a pu se développer,  pour atteindre son apogée en 2006. A cette époque, des artistes de valeur faisaient sortir des albums  d’une grande qualité. Je pourrai citer quelques noms, comme Don Bigg, Muslim, H-kayn,  et Casa Crew. Et puis on a constaté une certaine décadence par la suite.  Fort heureusement, les artistes de la Nouvelle Vague ont pu donner une formidable  impulsion au rap, durant ces deux dernières  années. A ce propos, je trouve  qu’un groupe comme « Shayfeen» se distingue particulièrement  par son  entrain et son brio. Parmi les artistes de l’ancienne génération,  il y a certains rappeurs,  comme Mobydick et Muslim, qui  font preuve d’une rare constance.

    Propos recueillis par Mehdi Ouassat Mercredi 27 Novembre 2013
    Lu 4780 fois

    1.Posté par anonim le 27/11/2013 23:42 (depuis mobile) I dont understand french!!!!!!
    2.Posté par fatima zahra le 19/02/2014 00:09 salut moi j'adore ce artist et j'aime bien qu'il fait un concert dans notre ville youssoufia merciii
    3.Posté par Abdo Rajawi le 25/02/2014 13:54 (depuis mobile) Dros plz make some storytelling songs like murder murder, brain damage, stan... Ch7al mn 'rapper' 7awel walakin dakchi khruj la3ala9a, but nta i know u'll gonna make it.
    4.Posté par Naggy le 01/03/2014 13:11 (depuis mobile) Dros est un rappeur né .J''aime bien sa créativité et sa tendance a traduire la culture rap américaine en Darija.c''est cool et cela lui généré une grande popularité parmis les jeunes Marocains.Mais je crois qu''il fera ravage en old school.
    5.Posté par houssam ezzin le 16/08/2014 14:40 J'aime beaucoup cet artiste dizzy dros j'espère bien qu'il publie le deuxième album.
    6.Posté par zineb souhaily le 14/12/2014 21:07 t mon beau frere omar tu me manque imta ghadi terja3 Men rabat mama twahchatek je t'aime brothaa on t'attend a casablanca tu ns manque ts http://dizzydros
    7.Posté par fati buje le 11/09/2015 03:05 (depuis mobile) dizzy je pense pas kyn chi fun kay7ma9 3liiik 9edi 7afda tous tes traks tu es mon mieure jtm bcp
    Nouveau commentaire : Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
    Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
    En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
    Dans la même rubrique :

    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l’identité revendiquée et celle attribuée - 20/05/2019

    Mactar Ndoye : Le racisme infecte malheureusement tous les continents et toutes les régions du monde - 15/05/2019

    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l’islamophobie en Europe - 23/04/2019

    Jack Lang : Notre Dame est certes un joyau architectural exceptionnel, mais n’oublions pas que d’autres monuments sont menacés - 20/04/2019

    Olivier Roy : La thèse dominante est que la radicalisation terroriste est le résultat de la radicalisation religieuse - 10/04/2019

    Chakib Bouallou : L’intelligence artificielle est devenue un enjeu de compétitivité mondial - 28/03/2019

    Mounia Bennani architecte paysagiste : On a la chance d’avoir un héritage fabuleux marocain ou maroco-français des parcs et des jardins - 18/03/2019

    Claude Fraissinet, délégué régional de la Chambre française de commerce et d’industrie au Maroc - 25/03/2019

    ​Françoise Bastide, ancienne maire adjointe de Cannes - 27/02/2019

    ...

    Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif


    Sur le vif

    ​82, c’est vieux. 102, c’est trop. 42 millions, c’est pas assez !

    On ne se mêle pas de ce qui ne nous regarde pas. Loin de là. L’Algérie, ça nous regarde. C’est ce pays voisin et frère. Quoique. De quelque bord que l’on soit, on ne peut prétendre qu’à 82 ans, on est à la force de l’âge quand bien même...

    La main tendue

    C’en est trop !



    L'info

    Driss Lachguar préside une rencontre à Fqih Bensaleh

    Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, présidera une rencontre partisane organisée par le secrétariat provincial du parti à Fqih Bensaleh. Placée sous le thème «L’USFP : état des lieux et perspectives d’avenir», cette...

    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l’USFP à Salé

    Le Groupe socialiste présente son bilan

    Condoléances Royales à la famille de Feu Mohamed Kamili Benhammou





    Post Scriptum

    Millésimes

    Le Nouvel An est un jour particulier au cours duquel paroles et actes se fondent dans une indescriptible ambiance festive qui rappelle souvent ou fait oublier parfois les heurs et les malheurs d’une année qui a tiré à sa fin. Si chaque pays, chaque peuple le célèbre à sa manière, chacun a ses...

    ​Au fil du temps

    Une vigilance à toute épreuve





    Horizons

    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies

    «Travailler dur, ou tirer au flanc, tout le monde obtient la même chose. Alors, les gens ne sont pas motivés...

    L’environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication

    Le capital et le travail ont-ils des intérêts divergents?

    Élaboration des politiques publiques : Enjeux de la communication

    Pourquoi pas un indice de corruption sur la carte nationale ?!


    Portrait

    Pitt-DiCaprio: Deux beaux gosses d'Hollywood qui ont évité la facilité

    Avec leur physique de jeunes premiers, Brad Pitt et Leonardo DiCaprio avaient tout pour aligner les films à...

    Patrick Shanahan, un gestionnaire flexible face à Trump

    Yasmine Hasnaoui : Une militante engagée des deux côtés de l’Atlantique

    Warren Buffett, “l'oracle” milliardaire qui se voulait simple mortel

    Philippe Charlier raccroche sa blouse blanche







    Mots Croisés

    Maroc Casablanca www.my-meteo.com

    L'actu en vidéo

    Vidéo

    الكاتب الأول إدريس لشكر في اللقاء التواصلي للكتابة الإقليمية بالفقيه بنصالح

    Revue de presse internationale

    Au Royaume-Uni, le Parti du Brexit sort victorieux des élections européennes

    Après la guerre, le nombre de sourds est en forte augmentation en Irak

    Un coiffeur transforme des bouteilles de shampoing en prothèses en Australie

    Le nombre croissant de morts sur l'Everest inquiète les autorités au Népal

    Percée contenue des eurosceptiques

    À Sotchi, un carnaval pour lancer la saison estivale

    arcelone : Manuel Valls essuie un revers cuisant aux municipales

    Revue de presse internationale








    Publicité

    Pour vos Publicités sur le site
    contactez [email protected]

    Actualité Monde Société Régions Horizons Economie Culture Sport Ecume du jour Entretien Archives Vidéo Expresso En toute Libé L'info People Editorial Post Scriptum Billet Rebonds High-tech Vu d'ici Scalpel Chronique littéraire Billet Portrait Au jour le jour Edito Sur le vif

    Libération Maroc 2008

    Adresse: 33, Rue Amir Abdelkader.
    Casablanca 05-Maroc.
    Tél.: 0522 61 94 00/04. Fax: 0522 62 09 72 Plan du site | Syndication