This website does readability filtering of other pages. All styles, scripts, forms and ads are stripped. If you want your website excluded or have other feedback, use this form.

Palmarès Ballon d'Or - 1968 - George Best - France Football

Championnat des étoiles Feuilleter le numéro Découvrez nos abonnements Feuilleter le numéro Voir toutes les éditions
Palmarès Ballon d'Or

1967 - Florian Robert

Palmarès Ballon d'Or

1969 - Gianni Rivera

partagez publié Le 08 Dec 2013 à 14:07 Par JEAN-PHILIPPE RÉTHACKER (France Football numéro 1 186, 24 décembre 1968) Palmarès Ballon d'Or

1968 - George Best

Une véritable attraction

Pour la troisième fois en cinq ans, le Ballon d'Or était revenu à un joueur issu des rangs de Manchester United. Après Denis Law (1964), au talent un peu fou, et Bobby Charlton (1966), merveilleux maître à jouer, ce fut au tour de l'Irlandais George Best d'être sacré meilleur joueur européen de l'année. Grand artisan de la victoire de son club en Coupe d'Europe des clubs champions (la première pour un représentant anglais) face à Benfica, il symbolisait toute une nouvelle génération de jeunes par le côté déconcertant de son jeu. Véritable attraction du football international, il tranchait par son sens du spectacle, si bien qu'il repoussa toute la concurrence. Et elle fut coriace ! Classé sept fois à la première place (sur 25 votants), Best eut pour principal rival son partenaire de club Bobby Charlton, qui comptait lui aussi de nombreux partisans (cinq fois premier). L'ailier gauche de l'Etoile Rouge Dragan Dzajic, auteur d'une remarquable Coupe d'Europe des nations avec la Yougoslavie, possédait un certain crédit qui lui permit de ravir la troisième place à deux défenseurs élégants et longilignes, au bagage exceptionnel : Franz Beckenbauer et Giacinto Facchetti, capitaine de la sélection italienne championne d'Europe.

Une Beatles qui change sans cesse de rythme

L'Irlandais étant le plus latin des Britanniques, il est normal que George Best, Ballon d'Or 1968, se signale à l'attention sur le plan technique par des qualités de footballeur méridional. Il est, en effet, la fantaisie même, autant par son physique que par son style. N'oublions pas non plus qu'il appartient à la génération des Beatles, dont il a adopté la coiffure opulente et anticonformiste. Si les chanteurs venus de Liverpool ont su adapter dans la chanson contemporaine, le rythme un peu fou des modernes à un certain romantisme mélodieux, George Best, Beatle du football, a lui aussi, sans le vouloir, teinté le jeu classique de l'ailier, d'un engagement constant et d'une trépidation permanente. Court sur jambes, Best est avant tout vif comme l'éclair dans son démarrage, comme dans ses touches de balle et ses changements de direction. Ses dribbles en crochet, l'attaquant de Manchester United les porte indifféremment du côté droit ou du côté gauche de l'arrière adverse. Contrairement aux monstres du dribble qui s'appellent Matthews ou Garrincha, spécialistes de la feinte à gauche et de la conduite de balle engagée à droite. Best travaille loin du ballon, mais il est tellement rapide et souple que son élan n'est jamais interrompu. Frêle d'apparence, léger de poids, il est à la merci des charges adverses qui le déséquilibrent facilement mais ne l'abattent point. Et surtout, il est si vaillant, si téméraire et si teigneux qu'aucune balle n'est jamais perdue pour lui. Ainsi, en finale de Coupe d'Europe contre Benfica, George Best fut maltraité par les défenseurs portugais, par l'arrière gauche Cruz en particulier. Cela ne le découragea jamais, bien au contraire. Et c'est pendant la prolongation qu'il porta les accélérations décisives, marquant le deuxième but libérateur qui ouvrit le chemin du triomphe au champion d'Angleterre. Ce but, Best le réussit en position d'avant-centre. Détail significatif qui prouve combien le rôle d'ailier de débordement lui plaît de moins en moins. Sans doute, George Best est-il devenu maintenant un attaquant du centre, bien plus redoutable et percutant au centre de la défense adverse, par ses virevoltes, ses jaillissements et ses changements de rythme. Ce Beatle-là étourdit plus qu'il n'assomme. Il sera intéressant de suivre son évolution dans les années à venir.

Fiche joueur

Nom: GEORGE BEST Nationalité : irlandaise. Né le : 22 mai 1946, à Belfast (IDN). 1,70m ; 68 kg. Poste : attaquant. Clubs : Manchester United (1961-1974), Dunbstable Town (1974), Stockport County (1975), Cork Celtic (1975-1976), Fulham (1976-1978), Los Angeles Aztecs (1976-1978), Fort Lauderdale Strikers (1978-1979), Hibernian Edimbourg (1980-1981), San Jose Earthquakes (1981-1982), Motherwell (1982-1983), Arbroath Victoria (1983), Glentoran (1983), Bournemouth (1983), Nuneaton Borough (1984) et Tobermore (1984). Palmarès : Coupe des champions 1968 ; Championnat d'Angleterre 1965 et 1967. Bilan en équipe d’Irlande : 37 sélections A, 9 buts (1964-1977). Bilan en phase finale de Coupe du monde : néant. Palmarès Ballon d'Or : vainqueur en 1968 (3e en 1971).

Classement Ballon d'Or 1968

1. Best (Irlande du Nord, Manchester United), 61 points. 2. B. Charlton. (Angleterre, Manchester United), 53 pts. 3. Dzajic (Yougoslavie, Etoile Rouge Belgrade), 46 pts. 4. Beckenbauer (RFA, Bayern Munich), 36 pts. 5. Facchetti (Italie, Inter Milan), 30 pts. 6. Riva (Italie, Cagliari), 22 pts. 7. Amancio (Espagne, Real Madrid), 21 pts. 8. Eusebio (Portugal, Benfica), 15 pts. 9. Rivera (Italie, Milan AC), 13 pts. 10. Greaves (Angleterre, Tottenham), Pirri (Espagne, Real Madrid), 8 pts. 12. Dunaï (Hongrie, Ujpest), Schulz (RFA, Hambourg), 7 pts. 14. Asparoukhov (Bulgarie, Levski Sofia), Chesternev (URSS, CSKA Moscou), 6 pts. 16. Kindvall (Suède, Feyenoord), 5 pts. 17. Albert (Hongrie, Ferencvaros), Mazzola (Italie, Inter Milan), Scusz (Hongrie, Ferencvaros), 4 pts. 20. Cruyff (Pays-Bas, Ajax Amsterdam), G. Müller (RFA, Bayern Munich), 3 pts. 22. J. Charlton (Angleterre, Leeds), Moore (Angleterre, West Ham), 2 pts. 24. Ball (Angleterre, Everton), Bene (Hongrie, Ujpest), Domenghini (Italie, Inter Milan), Fazlagic (Yougoslavie, Sarajevo), Gemmel (Ecosse, Celtic Glasgow), Johnstone (Ecosse, Celtic Glasgow), Khurtsilava (URSS, Dynamo Tbilissi), Osim (Yougoslavie, Zel. Sarajevo), Pilot (Belgique, Standard Liège), 1 pt. partagez Réagissez à cet article Identifiez-vous 500 caractères max Réagir